Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Découvrez l’histoire de votre maison – Paroles d’experts par Patricia Lebègue

Nouveau rendez-vous pour nos experts ! Cette semaine, nous avons eu le plaisir d’interviewer Patricia Lebègue, généalogiste professionnelle spécialisée dans l’histoire des maisons.

Nous l’avons rencontré pendant le salon de la généalogie à Paris, dès que je l’ai vu, je me suis dit qu’il fallait que je l’interviewe ! C’est une pratique de la généalogie extrêmement intéressante et qui peut nous apprendre beaucoup sur nos ancêtres ! Je vous laisse découvrir son interview :

 

Interview de Patrica Lebègue

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?Patricia Lebègue

Patricia : Je suis généalogiste professionnelle, spécialisée dans la recherche sur l’histoire des maisons (et des bâtiments en règle générale) sous le nom de Lieux et Mémoire. Je pratique la généalogie depuis plus de trente ans et c’est en arrivant en Touraine, en 1995, qu’est née ma passion pour le patrimoine bâti sur lequel je fais aujourd’hui des conférences et des formations. J’ai fondé avec quelques consœurs l’ASPG – Alliance syndicale des professionnels de la généalogie – qui regroupe aussi des généalogistes familiaux et successoraux, une paléographe, une coach, et différents métiers de service liés à cette activité.
 
Vous êtes généalogiste professionnelle et vous êtes spécialisée dans l’histoire des maisons. Quelles sont les différentes étapes pour retrouver l’histoire d’une maison ?

Patricia : Tout d’abord, faire appel à la mémoire familiale et aux papiers de famille. Souvent quelqu’un se souvient de quelque chose ou possède une archive. On est parfois surpris quand on pose la question « est-ce que tu as des documents sur la maison ? » de voir apparaître des papiers dont on ne soupçonnait pas l’existence… Il faut passer par le cadastre napoléonien et ses matrices pour retrouver la trace d’un propriétaire de l’époque puis faire appel aux hypothèques pour arriver aux archives des notaires et ainsi commencer l’histoire. Le chemin n’est pas simple et différentes séries d’archives devront être consultées afin de contourner les blocages : par exemple, l’enregistrement et le contrôle des actes, les recensements, les biens nationaux, les terriers, l’histoire locale, les généalogies familiales, etc.

On a l’impression d’avoir sous les yeux une photographie complète de la maison. C’est extrêmement émouvant.

Quels sont les principaux documents qui permettent de retracer l’histoire d’une maison ?

Patricia : Ils sont très nombreux, mais le plus important est l’acte de propriété. C’est par lui que vont s’ouvrir les portes des origines antérieures par le biais d’autres actes de propriété ou encore d’actes de donation, de partage, de succession. Les testaments, les inventaires après-décès, les contrats de mariage, les baux à ferme, sont aussi des sources incontournables. Tous ces documents très riches contiennent des descriptions de la maison, la liste des habitants, la liste des objets, meubles, bijoux, papiers de famille, animaux…, le tout très détaillé. On a l’impression d’avoir sous les yeux une photographie complète de la maison. C’est extrêmement émouvant. Parfois on découvre un état de travaux à réaliser, fait par un maçon ou un charpentier et c’est tout le bâti qui est alors décrit. On prend connaissance des matériaux utilisés à l’époque, ce qui sera précieux lors d’une éventuelle restauration. Vous trouverez quelques résumés de maisons sur lesquelles j’ai travaillé sur www.lieuxetmemoire.com
 
Jusqu’à quelle année est-il possible de remonter ?

Patricia : Tout dépend de la richesse des fonds d’archives. Il possible mais difficile d’aller au-delà du 18e siècle car les séries sont parfois lacunaires et la trace des familles qui habitaient le lieu à l’époque est stoppée; les papiers sont restés dans ces familles sans qu’aucun dépôt n’ait été fait aux archives.
 

Faire appel à un généalogiste professionnel pour retrouver l’histoire sa vie, combien ça coûte ?

Patricia : La recherche est très longue et fastidieuse. De nos jours à 1800, il faut compter environ 1000 euros, au-delà 2000 euros, sans les frais de déplacement hors de mon département d’origine, l’Indre-et-Loire. Je travaille au forfait suivant « l’âge » estimé de la maison et en considérant qu’aucune recherche n’a été faite au préalable. Si des recherches ont déjà été faites, un devis personnalisé sera établi.

…mon client reçoit un livret en trois exemplaires et un CD regroupant tous les actes concernant la maison.

Comment transmettez-vous vos recherches à vos clients ?

Patricia : Pour ce travail, mon client reçoit un livret en trois exemplaires et un CD regroupant tous les actes concernant la maison. Je lui fais un compte rendu complet de mes visites aux Archives, de l’état d’avancement de mes recherches par mail ou par oral selon les disponibilités de chacun. Mais il m’est souvent demandé de réaliser un livret plus élaboré, ou encore un véritable livre. Dans ces deux cas, il faut prévoir la rédaction, la mise en page et l’édition. On peut alors incorporer des textes, des photos ou des documents appartenant à la famille. Je travaille en collaboration et confiance avec mon client. Je vous rappelle que je suis tenue au secret professionnel.

Des exemples de mes réalisations sont sur mon site : www.lieuxetmemoire.com.
 

Quelles sont les raisons principales pour lesquelles ils font appel à vous ?

Patricia : Les questions qu’ils se posent : qui habitait là avant ? Pourquoi y a-t-il une porte murée dans le salon ? quand a-t-elle été construite et par qui ? Était-elle plus grande, plus petite ? Où est le puits dont mon grand-père m’a parlé ? La maison peut aussi être porteuse d’une légende : « on m’a dit que…. » ; « avant c’était…. ; « il paraît que…. ». La relation que l’on peut avoir avec la maison de son enfance ou la maison que l’on a choisi d’habiter est très particulière. Un psychogénéalogiste vous dirait que c’est bien plus que cela, mais ça c’est une autre histoire !
En tous cas, ils ont tous un lien très fort et très personnel avec le lieu. Parfois, ils souhaitent laisser « quelque chose » de cette histoire à leurs descendants car l’histoire des maisons c’est aussi l’histoire des familles…

 

Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui souhaitent découvrir l’histoire de leur maison ?

Patricia : C’est une recherche palpitante : on pourrait se prendre pour un véritable détective ! Mais c’est aussi une recherche assez ingrate et difficile… Donc surtout, ne pas se décourager, bien préparer ses visites aux Archives départementales, consulter la littérature sur le sujet, éventuellement suivre une formation ou assister à une conférence et enfin, faire appel à un professionnel… si cela ne suffit pas.
 

 

Merci Patricia !

J’espère que comme moi vous avez appris beaucoup de choses, vous pouvez découvrir toutes ses réalisations sur son site www.lieuxetmemoire.com !!

À la semaine prochaine 🙂


Commentaires

Laisser un commentaire

Famicity Inscrivez vous dès maintenant et commencez à écrire votre histoire pour les générations futures sur www.famicity.com